Bac S 2013 Madrid

Partie 2.2 : enseignement de spécialité (5 points) Atmosphère, hydrosphère, climats : du passé à l'avenir

La vérification d'une hypothèse

Il s'agit de vérifier (et non de discuter) l'idée qu'une aridité présente dans le sud de la Péninsule ibérique entre 39 000 et 38 000 ans avant le présent a momentanément arrêté l'arrivée d'Homo sapiens (et donc retardé la disparition d'Homo neanderthalensis) dans cette région.

Le document 1 nous renseigne sur l'évolution des températures globales (obtenues à partir de l'étude de carottes de glace du Groenland): la période GI 8 (après - 38 000 ans) est une période chaude succédant à une période froide HS 4 (avant - 38 000 ans); de - 39 000 ans à - 38 000 ans se produit un réchauffement rapide.

Les profils donnent la proportion de différentes catégories de plantes pour le sud et le nord de la Péninsule ibérique. L'évolution est peu marquée au nord: on remarque une réduction de la forêt (forêt atlantique et Pins) pendant HS 4. La proportion des plantes semi-désertiques n'évolue pas de manière significative. Au contraire dans la partie sud, une augmentation de la présence des plantes semi-désertiques accompagne la régression de la forêt (eurosibérienne et méditerranéenne) pendant HS 4. Ce document confirme l'aridité du sud de la Péninsule ibérique entre - 39 000 ans et - 38 000 ans.

Le document 2 montre que les deux cultures ont la capacité d'occuper des territoires largement communs pendant les trois périodes étudiées; une analyse plus fine révèle que le territoire d'Homo neanderthalensis s'étend davantage vers le nord que celui d'Homo sapiens pendant les périodes froides : pré H 4 en bas et GI 8 en haut; mais surtout Homo sapiens gagne la capacité à occuper la région qui nous intéresse (le sud de la Péninsule ibérique) pendant la période GI 8; cette capacité peut-être mise en relation avec les changements climatiques mis en évidence dans le document 1.

Le document 3 montre que la distribution réelle d'Homo neanderthalensis pendant la période GI 8 est limitée à la Péninsule ibérique alors qu'on pouvait attendre sa présence dans toute l'Europe. Sachant par ailleurs que les populations européennes d'Homo sapiens se sont considérablement développées à cette période, la compétition entre Homo neanderthalensis et Homo sapiens expliquerait la différence entre les deux cartes. Dans ce cadre, on peut donc penser que l'absence d'Homo sapiens dans le sud de cette péninsule pendant les périodes précédentes (document 2) à favorisé la persistence d'Homo neanderthalensis dans cette région plus longtemps qu'ailleurs.

Les informations présentes dans les documents sont toutes compatibles avec l'hypothèse proposée; on peut toutefois remarquer que le sud de la Péninsule ibérique n'est pas favorable à Homo sapiens, avant - 39 000 ans, alors même qu'un climat aride n'y est pas encore en place.

Transposition didactique ? (note pour les enseignants)

Les documents 2 et 3 sont tirés d'une publication d'une équipe franco-américaine (William Banks et all, 2008), et plus précisément d'un communiqué de presse du CNRS (références en bas de page).

Les cartes constituant le document 2 sont présentes dans l'article de PLoS ONE, mais on constate deux modifications; si l'inversion temporelle des documents (destiné visiblement à ne pas piéger les élèves, en assurant une cohérence avec les tracés du document 1: données les plus anciennes en bas) n'appelle pas de commentaire particulier, on contate que l'image représentant les zones favorables aux néanderthaliens pour la période GI 8 a été remplacée! Le document 3, présent dans le communiqué de presse du CNRS apparait sous une présentation très différente dans l'article original. La légende de la dernière carte du communiqué de presse du CNRS semble constituer un contre-sens.

La difficulté de ces cartes est d'en comprendre la signification. En fait toutes les cartes correspondent à des modélisations de la capacité à occuper des territoires par les néanderthaliens d'une part et les Homo sapiens d'autre part: elles sont donc toutes "calculées".

Si j'ai bien compris l'article, la différence entre les deux cartes du document 3 est que la première (dite "distribution réelle" dans le sujet) correspond à la modélisation obtenue par le programme en exploitant l'ensemble des données de la période, alors que la deuxième (dite "calculée") correspond à la projection du modèle obtenu pour la période H 4 dans les conditions climatiques de la période GI 8. On s'apperçoit ainsi que le programme à produit des modélisations de la niche écologique des néanderthaliens drastiquement différentes pour la période H 4 et la période GI 8 (la niche écologique des néanderthaliens se réduit fortement).

Pour les auteurs, cette réduction s'explique par une concurence accrue des Homo sapiens, alors même que le climat devient plus favorable (réchauffement et augmentation de la pluviosité).

Le "détournement" de l'article, et plus encore la manière de poser la question, focalise sur le climat, alors que les auteurs de l'article cherchent à prouver le contraire...

William Banks et al.. Neanderthal Extinction by Competitive Exclusion. PLoS ONE, december 24, 2008; DOI: 10.1371/journal.pone.0003972

Extinction de l'homme de Néanderthal : une nouvelle approche multidisciplinaire exclut l'hypothèse climatique. CNRS, communiqués de presse.

accueil > bac SVT > S > 2013 Madrid > corrigé