Morphologie
Phénotypes et génotypes
Carte génétique

Morphologie 

drosophile femelleDrosophila melanogaster, image tirée de :
Morgan T. H.. 1919.
The Physical Basis of heredity.
Philadelphia, J.B. Lippincott Company.
drosophile mâle
Autre dessin : flybase.bio.indiana.edu/reports/FBim0000001.html, par Wallace E. M.. 1934.

Phénotypes et génotypes 

Le gène aristaless (al) contrôle la taille des antennes; sa mutation réduit leur taille [antennes courtes].
 
Le gène bar (B) est un gène du développement contrôlant le nombre d'ommatidies composant l'oeil de la Drosophile. Ce nombre chute de 750 facettes à 80 chez les individus mutés de lignée pure [yeux réduits]. Les femelles hétérozygotes possèdent environ 350 facettes [yeux semi-réduits].

Les gènes brown (bw), cinnabar (cn), scarlet (sc) et white (w) contrôlent la synthèse et le transport des pigments de l'oeil. La mutation du gène brown empêche la synthèse du pigment rouge provocant l'apparition du caractère [yeux bruns], la mutation du gène cinnabar (ou celle du gène scarlet) empêche la synthèse du pigment brun donnant des [yeux rouge vif]; le cumul de la mutation du gène brown avec une des deux autres entraine l'absence des deux pigments et des [yeux blancs]. La mutation du gène white entraine un phénotype [yeux blancs] qu'elle soit seule ou cumulée avec une des autres.

Le gène ebony (eb) contrôle la couleur du corps; sa mutation entraîne l'apparition du caractère [corps noir].

Le gène vestigial (vg) contrôle le développement de l'aile; sa mutation réduit l'aile à un moignon [ailes vestigiales].

Carte génétique 

Les études de dihybridisme permettent de préciser les liaisons entre gènes. Lorsque les 4 types de gamètes produits par les hybides F1 sont équiprobables, les gènes sont indépendants. Lorsqu'ils ne sont pas équiprobables (les combinaisons d'allèles qui n'existaient pas chez les parents sont chacune inférieure à 25%), les gènes sont liés.

On déduit la distance génétique entre deux gènes par la proportion que représentent les deux combinaisons non parentales (on parle aussi de types recombinés). Cependant, la distance génétique n'est pas proportionnelle à la distance physique ses gènes (locus) sur le chromosome, elle est sous-estimée pour les gènes éloignés.

Cette proportion est égale à 50% lorsque les gènes sont indépendants.

Carte génétique

Carte génétique
Les nombres représentent les distances génétiques en unités de recombinaison.
Le chromosome Y est pratiquement dépourvu de gènes.

Groupe de liaison : l'étude d'un grand nombre de gènes de la Drosophile permet de créer quatre groupes de liaisons : les gènes qui appartiennent à un même groupe sont liés. Les gènes appartenant à des groupes de liaisons différents sont indépendants (en réalité, les choses sont plus compliquées parce que des gènes éloignés sur un même chromosome peuvent présenter une proportion de recombinés de 50%, mais, si on peut montrer qu'ils sont tous deux liés à un gène intermédiaire, on établit qu'ils font partie du même groupe de liaison).

On s'est aperçu au début du siècle que le nombre de groupes de liaison correspondait au nombre de chromosomes.
La carte génétique publiée par Morgan T. Sturtevant A. Muller H. Bridges C. en 1915